Gries décidé à repartir de l'avant

vendredi 15 novembre 2019

Pro B

Pro B : Gries-Oberhoffen – Évreux (20h)

Toujours en quête d’équilibre, Gries-Oberhoffen s’est séparé de son pivot lituanien, Tautvydas Slezas. Les Verts, qui accueillent Évreux ce soir, veulent préserver leur invincibilité domestique, après deux défaites consécutives à l’extérieur.

Il n’avait pas disputé la moindre minute lors du dernier déplacement du BCGO à Antibes et n’avait pas franchement convaincu depuis son arrivée au club mi-octobre. Jugé « pas assez mobile » par Ludovic Pouillart et donc incompatible avec le jeu de relance des Bas-Rhinois, Tautvydas Slezas ne laissera pas une trace indélébile à Gries.

Le Lituanien, « lucide » d’après son coach, et les dirigeants ont donc trouvé un accord pour se séparer. L’opération au genou du Polonais Olek Czyz, que Slezas était censé remplacer, continue donc de planer tel un spectre sur le BCGO.

« On est bancals »

« Avec lui, je suis convaincu qu’on aurait une, voire deux victoires en plus, lâche Ludovic Pouillart. On est un peu bancals parce qu’il manque une pièce et un vrai talent offensif à notre jeu. »

Cette cuisine interne conjuguée aux deux revers de rang concédés à Vichy et Antibes ne mettent pas les Verts dans les meilleures dispositions à l’heure de défier sur leur parquet Évreux. Et ce même si les Normands sont branchés sur courant alternatif depuis l’entame du championnat (2V-3D).

« Ils sont capables du meilleur comme du pire. C’est la troisième meilleure attaque mais l’une des moins bonnes défenses. Quand ça va, ça peut faire mal, mais ça peut vite basculer aussi », analyse Ludovic Pouillart, qui a plutôt confiance dans la capacité de son groupe à renouer avec le succès.

« Les matches à Vichy et Antibes ont été solides. La semaine dernière, le commissaire lui-même a reconnu que l’arbitrage avait été un peu limite… ça ne nous rendra pas la victoire mais au moins on sait qu’on n’était pas loin de battre l’une des grosses équipes de Pro B. »

« Éviter que la pression ne s’installe »

Dans leur salle de la Forest Arena, les Villageois se sont par ailleurs montrés irréprochables en signant un impeccable deux sur deux, malgré quelques sueurs froides contre Blois (78-77).

« À domicile, il faut engranger, on en est conscient, surtout en début de saison lorsqu’on se cherche. Ça permet de se dégager de la pression qui peut vite s’installer », enchaîne l’entraîneur du BCGO, content de retrouver la maison verte ce soir.

Sans Slezas ni Mashour, les Griesois peuvent équilibrer leur bilan (2V-3D) qui reste à ce stade tout sauf inquiétant pour un club qui, malgré son excellente saison passée, rappelons-le, vise avant tout le maintien.

 

Nos partenaires majeurs