Samir, Prince de la maturité

lundi 28 octobre 2019

Pro B

Pro B | 3e journée : après le succès de Gries-Oberhoffen contre Blois (78-77)

Du haut de ses 21 ans, Samir Gbetkom n’a pas tremblé derrière la ligne des lancers ce vendredi, offrant la victoire au BCGO à quatre dixièmes de seconde du terme. La preuve d’une maturité précoce.

Mickaël Hay a dû ruminer une bonne partie du trajet retour vers Blois. Le technicien blésien n’a que très peu goûté à la faute sifflée sur Samir Gbetkom à moins d’une seconde du terme, et qui a propulsé le jeune Camerounais en héros d’une soirée à rebondissements.

Car côté griesois, l’arrière de 21 ans au sang-froid, en faisant ficelle sur ses deux tentatives aux lancers francs, s’est doté d’un super pouvoir que seule une victoire à l’arraché peut procurer : celui de faire oublier que les Green boys auraient dû “tuer” ce match bien avant, ou encore celui d’effacer les deux échecs de Josep Franch, impérial jusque-là, derrière la ligne de réparation quelques secondes plus tôt.

Le Griesois le plus consistant

« À ce moment-là, on se dit qu’on a entre les mains la dernière chance de gagner le match, ou au moins d’égaliser, expliquait l’intéressé après le match. Forcément, on réfléchit un peu. »

Pas trop quand même visiblement… L’ex-espoir du SLUC Nancy, qui s’était déjà distingué lors de la défaite à Saint-Quentin en étant le meilleur griesois (25 points), s’avance comme le Green boy dont les performances sont les plus consistantes depuis l’entame du championnat.

Cela ne surprend pas son entraîneur : « Samir ? C’est un faux jeune, un garçon plein de maturité. Il ne faut pas oublier que l’an dernier, il a beaucoup côtoyé les pros du Portel (19 matches et six minutes de moyenne, ndlr). Ça fait deux ans que je le suis. Et ce que je vois n’est pas une surprise », ajoute Ludovic Pouillart.

Habitué à l’intensité de l’Élite, Gbetkom a aussi roulé sa bosse en Espoirs. En Lorraine lors de l’exercice 2016/2017, il signe le très convoité doublé championnat/trophée du futur. Une épopée qui l’a forgé et a fait naître en lui des ambitions bien plus élevées.

« Au même titre que Bruno (Cingala-Mata) , qui est toujours très combatif, ou Saul (Blanco) , revenu après une opération du poignet, Samir incarne l’âme de ce groupe. Un bosseur, c’est ce que j’aime chez lui. »

Prêté un an au BCGO par le Portel, l’arrière passe chaque minute sur le terrain à bride abattue, déployant aux quatre coins du terrain sa vitesse et son fighting spirit, ses armes maîtresses, sans oublier d’être un basketteur accompli.

Serein balle en main, bon défenseur, fiable lorsqu’il doit prendre ses responsabilités au shoot, Samir Gbetkom a tout du facteur X en puissance.

« On a désormais une bonne base défensive. À nous de maintenir ce niveau, en continuant à progresser des deux côtés du terrain », analysait-il après le succès contre Blois.

Un garçon à la tête bien faite et prêt à faire exploser tous les plafonds de verre qui se dresseront sur le chemin de son ascension, qui pourrait bien être irrésistible.

 

 

Nos partenaires majeurs