Sans enjeu, mais…

mardi 08 octobre 2019

Pro B

Leaders Cup Pro B : BC Gries-Oberhoffen – BC Souffelweyersheim (20h)

Sans être capital, le derby de Leaders cup entre Gries-Oberhoffen et Souffelweyersheim fera office d’ultime répétition avant le coup d’envoi du championnat ce week-end. De quoi lever certains doutes ou, au contraire, de laisser certaines questions en suspens.

Entre un BCGO qui a soufflé le chaud et parfois le (très) froid, et des Souffelois aux prestations plus linéaires mais moins flamboyantes, difficile de choisir le nom du club alsacien qui offre le plus de certitudes, alors que le championnat reprend ce week-end.

Peut-être la rencontre de ce soir, qui se tiendra à Gries, permettra-t-elle de lever un peu le voile sur le niveau véritable des deux protagonistes et représentants du basket alsacien en Pro B. Nancy étant assuré de finir premier de cette mini-poule, le BCS et son voisin n’ont quasi plus de chance de se qualifier pour les quarts de finale de la Leaders cup (*).

« Les temps de passage sont bons »

Ludovic Pouillart, le technicien du BCGO, se préoccupera donc davantage du contenu que du résultat. « Je comprends l’impatience des gens mais il ne faut pas oublier que ce groupe est tout nouveau. En ce sens, Souffel a peut-être un peu d’avance sur nous. »

Et d’ajouter : « Ce que je retiens, c’est que l’an dernier à la même époque, on avait pris deux leçons contre Nancy, l’une des grosses cylindrées du championnat. Cette saison, on a déjà gagné une fois. Les temps de passage sont bons. »

Surtout soucieux « de tester toutes les formules possibles » sur le terrain, le Nordiste coachera « pour gagner » tout à l’heure, tout en reconnaissant que l’issue du derby a sans doute « plus de signification pour les supporters que les joueurs eux-mêmes ».

Stéphane Eberlin, son homologue souffelois, lui non plus, ne vise rien d’autre que de « continuer à progresser ». « On est de mieux en mieux, et l’objectif, même si on pense déjà à Nantes (que le BCS affronte dimanche, ndlr) et qu’on veut garder le maximum de fraîcheur, c’est de poursuivre sur cette voie. »

Les deux clubs, plus petits budgets de la division, préfèrent ne courir qu’un lièvre à la fois, et assurer un maintien confortable, voire mieux, plutôt que griller inutilement des cartouches dans des compétitions – la Coupe de France et la Leaders Cup – qu’ils n’ont rationnellement qu’une infime chance de remporter.

« Ils vont vouloir réagir »

Le BCGO mettra en pratique les options défensives qui serviront contre Saint-Quentin et utilisera l’intensité de la rencontre pour « travailler physiquement » et consolider les automatismes. De leur côté, Oumarou Sylla, remis de sa blessure au genou, et ses coéquipiers voudront contenir les assauts de la bande à Zengotitabengoa, déjà réputée pour sa furia offensive.

« Gries va vouloir mettre le feu, à nous de les en empêcher en contrôlant leurs shooteurs, comme au match aller. Mais je ne doute pas une seconde qu’ils vont vouloir réagir pour ne pas laisser le doute s’installer », analyse Stéphane Eberlin. Une opposition de style, sans un enjeu vertigineux certes, mais qui devrait malgré tout livrer quelques précieux enseignements et, derby oblige, donner lieu à une belle empoignade sur le rectangle et dans les gradins.

(*) Les deux meilleurs 2es des six groupes de trois équipes seront également qualifiés pour les quarts de finale de l’épreuve.

 

Nos partenaires majeurs