PRO B | Dément !

dimanche 02 juin 2019

Revue de presse

Pro B (quart de finale retour) : Gries-Oberhoffen – Vichy/Clermont (90-85)

Au terme d’un final complètement fou, Gries-Oberhoffen a pris le meilleur sur Vichy-Clermont. Les Verts, héroïques de combativité, remportent cette série deux à zéro et rejoignent Rouen en demi-finale de Pro B.

La chaleur suffocante de ce week-end a pesé comme un chape de plomb sur la tête des joueurs, des supporters aussi d’ailleurs. Pour les protagonistes, cela n’a sans doute pas aidé à la récupération, ni à enchaîner les efforts, à peine 48h après leur première partie de manivelle. 

Les deux équipes pourtant, play-offs oblige, se sont livrées un duel d’une intensité digne de l’enjeu: exigeante pour les organismes mais plaisante pour les yeux. Le BCGO prend le départ le plus entreprenant avec Forcada et Cortale (7-3, 3e’), mais la réaction de Vichy, dos au mur après son revers à domicile ne se fait pas attendre: Morency et Hooker sortent du bois (10-13, 5e , puis 15-18, 8e ).

Forcada exclu

Zengo et Noël-Pascal prennent le relais côté alsacien, mais les deux formations ne parviennent pas à se lâcher l’une l’autre, et restent au coude-à-coude (23-23, 10e ).

La sueur continue de couler à flots, et Gries prend une nouvelle fois l’ascendant avec Noël-Pascal pour creuser un premier écart véritablement significatif (34-25, 13e ). Un temps-mort astucieux de Vichy permet aux visiteurs de rentrer une fois encore dans la danse (34-33, 13e ). Toujours aussi rythmée, la rencontre est, en conséquence, également ponctuée de quelques balles perdues, ce qui profite aux deux partis, qui rejoignent le vestiaire ex-aequo (48-48, 20e ). Aucune équipe n’ayant clairement tiré son épingle du jeu, bien malin qui peut prédire, à ce stade, l’issue du match.

Le BCGO revient sans inspiration sur son parquet et Cumberbatch, qui inscrit cinq unités de rang, punit les Villageois (48-53, 22e ). Vichy, condamné à l’emporter, affiche encore un peu plus de gnaque, mais le tournant de ce début de deuxième mi-temps est bien l’exclusion de Forcada. Déjà coupable d’une anti-sportive en première mi-temps, le maestro catalan écope d’une technique, et se voit contraint de quitter ses compagnons.

Le ton monte encore d’un cran lorsque c’est Rigaux qui se trouve sanctionné par le corps arbitral, qui essuie la broncha de supporters qui crient au scandale. Les Verts souffrent mais Noël-Pascal calme les ardeurs des visiteurs (54-61, 27e , puis 58-61, 27e ).

Le scénario devient ubuesque lorsque c’est le capitaine Zenotitabengoa qui est victime d’une faute technique. Gries s’accroche tant bien que mal (65-72, 30e).

La Forest Arena en transe

De con côté, Vichy gère vaille que vaille cette partie hachée par les fautes mais parvient indistinctement à préserver son petit matelas (65-74, 31e, puis 69-77, 32e ). Noël-Pascal quitter lui aussi le terrain après sa cinquième faute. C’est au tour à Hillotte et Rigaux de maintenir l’espoir côté villageois (73-77, 33e , puis 76-79, 36e ). 

Siegwarth déclenche ensuite l’hystérie de la Forest Arena en égalisant (79-79, 37e ). Zengo embraye en contre-attaque (81-79, 38e ), et Siegwarth fait de même aux lancers, tandis que le public tout entier se lève, en transe, encouragé à le faire par Ludovic Puillart himself (83-79, 39e ).

Les Verts l’emportent finalement (90-85), renvoyant le troisième de la saison régulière à ses chères études. Ce sont désormais les portes des demi-finales qui s’ouvrent, un scénario dément pour le promu, qui affrontera Rouen.

 

 

 

 

Nos partenaires majeurs