PRO B | Dominé par l’armada rouennaise

samedi 08 juin 2019

Revue de presse

Play-offs Pro B - Défaite du BCGO à Rouen (96-84)

Après avoir chèrement vendu sa peau, pas aidé par les arbitres, Gries-Oberhoffen se retrouve dos au mur face à Rouen. Il faudra l’emporter lundi, en Alsace, pour prolonger le rêve éveillé.

Même si certains considèrent leur saison déjà plus que réussie, et que la LNB a signifié l’impossibilité de monter en raison d’un centre de formation pas encore agréé, Gries-Oberhoffen est arrivé hier soir à Rouen avec toujours autant d’envie.

Seulement, en ce jour d’Armada dans la ville aux cent clochers, les Alsaciens ont été trop vite débordés par les favoris rouennais de cette demi-finale aller, auteurs de leur 21e victoire en 24 matches. S’ils doivent s’en vouloir, les joueurs de Ludovic Pouillard devront peut-être ressasser le trou d’air après le break du second quart-temps (25-35, 16e ). Il a fallu en effet moins de quatre minutes aux Rouennais pour effacer l’écart, alors que Forcada (deux tirs primés d’entrée), Smock efficace dans la raquette, et Olivier Cortale (9 pts à la pause) avaient offert dix longueurs d’avance.

Seulement, les cinq minutes suivantes constituaient un cauchemar : deux petits lancers inscrits par Cortale, et au contraire une avalanche adverse de 18 points « offerts » au RMB, malgré deux temps-morts de Ludovic Pouillard en moins de 45 secondes. Soit un terrible 43-37 à la pause, avec pour conclure un tir à trois points d’Injai, puis un Hillotte contré au buzzer par Nwogbo dans sa tentative de double-pas.

Un trou d’air fatal

À la reprise, Cortale adoucissait d’abord la note avec 5 points consécutifs (44-42, 23e ). La course-poursuite commençait avec deux lancers de Noël et le premier panier de Tarvydas (55-53, 27e ). Puis au début d’un quatrième quart décisif (63-60, 30e ), où le dunk de Tarvydas et le « 2 + 1 » Cortale préservaient le suspense (74-70, 34e ).

Malheureusement, les quatre fautes sifflées à Smock, Siegwarth, Yates et Noël dès la 32e minute pesaient de plus en plus sur le collectif visiteur, et Coleman, Kromah et Nwogbo faisaient logiquement enfler le tableau d’affichage (81-70, 36e ). De quoi nourrir un réel sentiment de frustration sur le traitement réservé par les hommes en noir (34 lancers en faveur de Rouen au final, 16 pour Gries).

Un trio de paniers longue distance en moins de 50 secondes d’Hillotte, Siegwarth et Noël (86-81, 39e ) ont entretenu le suspense. Mais sur l’action suivante, Noël récoltait une 5e faute, alors que Forcada héritait d’une technique étonnante. Dès lors, Rouen finissait par se détacher (89-81, 39e ), et terminait même en trombe (96-84).

« Ce soir, je suis très fier de mes joueurs qui n’ont rien lâché, mais il règne un immense sentiment de frustration, a commenté le coach du BCGO, Ludovic Pouillard. On a le sentiment que Gries dérange, qu’on n’a peut-être pas le droit de monter, y compris sur le terrain. C’est l’ADN de Rouen de proposer un jeu physique, bravo à eux même si on n’a pas vu du grand basket. Maintenant, il nous reste 80 minutes à gagner, alors que le RMB n’en a plus que 40. On va retenir les leçons pour faire au mieux lundi et tenter de revenir dans six jours dans cette belle ville de Rouen ! »

C’est peut-être un troisième revers en trois affrontements pour Gries face à Rouen cette saison mais il faut croire que le BCGO n’a pas l’intention de renoncer. Lundi, il sera tout sauf résigné.

 

 

Nos partenaires majeurs