PRO B | Petit rappel à l'ordre

dimanche 13 janvier 2019

Revue de presse

Pro B : après la défaite du BC Gries-Oberhoffen à Blois (79-72)

Si elle n’est pas alarmante, la défaite du BCGO à Blois met fin à une série de six victoires de rang et rappelle aux Alsaciens la vigilance sans faille que requiert la Pro B. Qui plus est face à des adversaires de plus en plus coriaces.

Gries-Oberhoffen est sans doute le club professionnel le plus difficile à situer précisément sur une carte de France. Plus petit budget, plus petite masse salariale, plus petit, et de très loin, nombre d’habitants représentés, les Verts seraient des princes au royaume du Petit poucet.

Pour autant, en ce qui concerne le jeu produit, s’il demeure à part, la réputation des Alsaciens n’est plus à faire.

« On sait qu’on ne bénéficie plus de l’effet de surprise. À partir du mois de décembre, les équipes commencent à bien se connaître entre elles. Il faut donc apporter de nouvelles réponses sur le terrain », analyse avec lucidité le capitaine de la troupe, Asier Zengotitabengoa. La Pro B est une arène impitoyable où la frontière entre la désillusion et le triomphe est parfois plus fine que la lame d’une épée. Ce vendredi, les dix lancers francs manqués ont, par exemple, entraîné la capitulation des “Green boys” alors qu’ils ont mené au score 33 minutes durant.

« Ça pourrait nous inquiéter, mais… »

« Il faut aussi donner du crédit à Blois, qui a défendu très fort, fait remarquer “Zengo”. Ils savaient qu’on allait chercher à jouer vite, et qu’on shootait beaucoup à trois points, et ils ont réussi à nous limiter dans notre jeu rapide. »

Quant à savoir si la rudesse accrue des adversaires du BCGO – dont le jeu obéit davantage à des critères d’adresse et de collectif qu’à des qualités athlétiques – inquiète le numéro 10 espagnol, il y a un pas.

« En soit, ça pourrait être inquiétant, mais à vrai dire on ne s’en occupe pas trop. Les gens parlent, on le sait : ça fait partie du sport professionnel. Nous, on prend match après match et on ne se dit pas “Que va-t-il se passer si on perd mardi contre Nancy ?”. Le championnat est dur, on le sait. »

Toujours cinquième

Il serait malgré tout malvenu, même si la page 2018 est désormais tournée, de jeter aux oubliettes les quelques certitudes accumulées au gré des six succès de suite des Griesois. Le BCGO est toujours solide cinquième de Pro B (8v-3d), à une victoire seulement du podium et à deux succès de la deuxième place.

« Toute la confiance n’est pas partie en fumée, évidemment, confirme “Zengo”. Si on avait gommé nos petites erreurs et marqué nos lancers ce vendredi, on s’en serait sans doute sortis. À nous de faire mieux. »

S’il s’agit de ne pas se voir trop beau, il serait nocif également de s’auto-flageller. Garder les pieds sur terre est sans doute le meilleur moyen de se rappeler que l’objectif premier du club demeure le maintien. Et pour l’heure, le BCGO est plus que dans les clous.

 

Nos partenaires majeurs