PRO B | Rectifier le tir

vendredi 05 avril 2019

Revue de presse

Pro B - 25e journée : BC Gries-Oberhoffen – Quimper (20h)

Battu lors de ses deux derniers matches à domicile, Gries-Oberhoffen entend bien, ce soir, mettre fin à cette anomalie, quasi-inédite sous l’ère de Ludovic Pouillart. Quimper (14e ), semble incarner la victime idéale, mais…

C’est une question face à laquelle même les fans les plus assidus vont devoir se creuser les méninges.

Quand, la dernière fois avant celle-ci, le BCGO avait-il laissé échapper deux rencontres de suite à domicile ? Pour répondre, il faut dézoomer. Et remonter à la première saison en Nationale 1 des Griesois.

C’était, et ce n’est pas une blague, le 1er  avril 2017 contre Saint-Vallier que les Verts trébuchaient une deuxième fois de rang à domicile (après avoir perdu deux semaines plus tôt contre Chartres).

« La pire des choses qui puisse arriver, ce sont les play-offs »

Une autre époque pour Ludovic Pouillart, qui préfère essayer d’analyser les deux revers concédés dernièrement à Gries contre Blois, et surtout Chartres – encore eux.

« Perdre contre Blois, sur le papier, c’est presque logique pour nous. Ils sont plus forts, explique le tacticien. Ce qui me reste en travers de la gorge, c’est plutôt la deuxième mi-temps contre Chartres. »

Depuis l’arrivée de Ludovic Pouillart, la Forest Arena fait pourtant plutôt office de citadelle imprenable que de cabane en paille, mais l’entraîneur du BCGO ne dramatise pas.

« Demain ( ce soir, nldr) , on n’aura pas de pression supplémentaire sur les épaules. Il faut simplement que l’on retrouve nos valeurs et qu’on joue quarante minutes, comme on l’a récemment fait à l’extérieur à Evreux, où on avait su rectifier le tir. »

Avec 13 victoires en 24 matches, les Verts sont déjà quasi maintenus, et ont, de toute manière, coché la case de leur premier objectif.

« Il ne faut pas l’oublier, la pire des choses qui puisse nous arriver, c’est de jouer les play-offs. On a les cartes entre nos mains pour l’instant, ce n’est déjà pas si mal. »

Quimper sans doute diminué

Tenir en respect Quimper (9 v, 15 d) fait partie des conditions pour y parvenir. Les Bretons, quatorzièmes, restent certes sur trois victoires en quatre matches, mais il n’y a pas là de quoi crier au loup.

Les hommes de l’illustre Laurent Foirest seront, de plus, privés de leur meilleur marqueur, l’Américain Bernad King (15 points de moyenne par rencontre), blessé. Appelé à la rescousse, son pigiste médical, le Canadien Connor Woord, ne sera selon toute vraisemblance pas qualifié ce soir. C’est toujours ça de pris.

« C’est sûr que Quimper est davantage une équipe au profil de Chartres, à la différence près que Quimper devrait se maintenir et vient donc chez nous sans trop de pression », ajoute Ludovic Pouillart, qui retrouvera en la personne de “Lolo” Foirest, médaillé d’argent aux JO de Sydney, un bon copain.

« Pour Gries, c’est toujours positif d’accueillir des grands noms du basket français. J’espère que ce sera le cas de plus en plus, mais il ne faut pas se détourner de l’objectif : gagner demain (ce soir, nldr)  », conclut l’entraîneur griesois.

Gagner pour aller en play-offs, mais aussi parce que trois défaites d’affilée à domicile, ce n’est jamais arrivé, sous l’ère Pouillart.

 

Nos partenaires majeurs